Rechercher

La succession des familles recomposées

Mis à jour : 7 mars 2019



Même après l’énorme battage médiatique autour de la succession du chanteur Johnny Hallyday, près d’un Français sur deux ignore toujours ce qu’il advient de l’héritage pour les enfants d’un premier mariage !


Les droits des enfants d'une première union sont souvent négligés dans les familles recomposées.


« Où es-tu, Johnny? » Même après l’énorme battage médiatique autour de la succession du chanteur star Johnny Hallyday, près d’un Français sur deux ignore toujours ce qu’il advient de l’héritage pour les enfants d’un premier mariage ! C’est ce qui ressort de l’étonnant sondage réalisé par l’Ifop pour le spécialiste de la gestion de patrimoine UFF. « Les familles recomposées doivent être particulièrement vigilantes : en présence d’enfants d’un mariage précédent, la loi prévoit que le conjoint survivant percevra, sauf contre-indication testamentaire, un quart du patrimoine du défunt en pleine propriété qui reviendrait mécaniquement aux héritiers du conjoint survivant, du second mariage », prévient Valérie Bentz, responsable des études patrimoniales à l’UFF. On imagine aussitôt la déception des enfants du premier mariage, qui auront alors un sentiment d’abandon complet.

Il y a en France entre 720.000 et 1 million de familles recomposées. Au point qu’aujourd’hui, un enfant sur 10 vit dans une famille recomposée. Qu'est-ce qu'une famille recomposée? Selon l’Insee, c'est une famille comprenant «un couple d'adultes, mariés ou non, et au moins un enfant né d'une union précédente de l'un des conjoints ». Une situation que n’ont pas prévue (ou très imparfaitement) les lois sur la succession. Et qui ne fait pas partie des top priorités des époux qui se séparent. Ceux-ci privilégient en effet l’organisation matérielle à court terme. A savoir subvenir aux besoins (23%), trouver un logement (22%) et obtenir la garde des enfants (21%). L’organisation du patrimoine commun n’est une priorité que pour 12% des sondés.


Trouver un toit

La première préoccupation du couple séparé est souvent de trouver un toit. Si bien qu’à Paris, les personnes seules, suite à une séparation, représentent environ une recherche sur cinq. Selon les agents immobiliers, les divorces sont une des cinq principales causes de ventes.


Par Eric Treguier / https://www.challenges.fr